Cinéma

Outrage

Film de Ida Lupino

Sur le point de se marier, Ann Walton, est violée. Elle ne parvient pas renouer avec sa vie antérieure, et s’enfuit vers l’Ouest. Perdue sur une route de campagne, la jeune femme est recueillie par un pasteur…

Pour son premier film, Ida Lupino s’était vue interdire le titre Unwed Mother (Fille-mère) et dut recourir à des images hallucinées pour évoquer les affres de l’enfantement ; dans Outrage, elle n’eut pas le droit d’utiliser une seule fois le mot « viol ». C’est dire si la jeune réalisatrice s’attaquait à des sujets sensibles. Un peu à la manière du cinéaste italien Roberto Rossellini qui, à la même époque, attachait sans relâche sa caméra aux déambulations de personnages tourmentés, Lupino suit pas à pas le parcours de souffrance de sa protagoniste, à partir de la terrible scène de son agression, tout près de son travail, par un prédateur sexuel qui l’avait « repérée » depuis quelque temps. La façon très rigoureuse dont la cinéaste, après cette séquence traumatique, abandonne l’agresseur pour n’y plus revenir, et rester au plus près de l’errance psychologique et morale de la jeune femme, impose le respect (Outrage est tout le contraire d’un récit de vengeance). « Je veux faire des films sur de pauvres gens abasourdis, car c’est ce que nous sommes », a dit Ida Lupino ; dans Outrage comme dans ses autres réalisations, elle applique ce programme sans faillir. Dans un numéro récent des Cahiers du cinéma, Fernando Ganzo a justement écrit que « l’une des séquences les plus impressionnantes de toute la filmographie d’Ida Lupino est celle où Ann sort de chez elle pour la première fois après le viol. Elle commence par un lent travelling qui saisit surtout les réactions et les regards des autres, difficiles à différencier et à interpréter : savoir ou ignorance, pitié ou opprobre, sympathie ou hypocrisie. Ce qui ne trompe pas, en revanche, ce sont les pas lents de Mala Powers, sa tête rentrée entre ses épaules ou son regard effaré quand elle se retourne, sans voix. » Jean-François Buiré

Vous aimerez aussi :

jeudi 27 janvier - 18h00
vendredi 28 janvier - 20h00
dimanche 30 janvier - 18h00
lundi 31 janvier - 09h30

Film de Ida Lupino
Avec Mala Powers, Tod Andrews, Robert Clark
États-Unis | 1950 | 1h15